Le label du terroir en quête de bons ambassadeurs

L’investissement des porteurs de référence est une voie qui se dessine. 

Les produits du terroir, une fois dans les étals des marchés, n’ont pas le même attrait ou la même notoriété que d’autres. Et pourtant, ce sont des perles qui pourraient valoir plus. Une étude est en cours au sein de l’Association des Entrepreneurs du Cameroun pour inverser cette tendance. Au lieu de dilapider un savoir-faire typique, il est question aujourd’hui de valoriser les produits du terroir via des idées innovantes.

C’est le cas depuis quelques années du poivre de Penja. Du fait de sa typicité, il fait aujourd’hui l’attrait de certains entrepreneurs locaux du secteur de l’agroalimentaire, qui en sont devenus des porte paroles. L’exemple de Penja Land, bar à fruits et restaurant sis à Yaoundé, illustre à suffisance cette tendance de valoriser le Made in Cameroon. Son promoteur, Jean Paul Tchomdou, est considéré dans le milieu de la presse locale comme l’un des ambassadeurs de cet épice qu’il utilise pour agrémenter ses petits plats au grand bonheur des gourmets.

Il pourrait en être de même pour d’autres produits, à l’instar du miel blanc d’Oku qui se prête volontiers à des expériences culinaires inédites ; l’igname blanc de Mbé dans la région de l’Adamaoua ; la cola et l’ananas de Bafia dans le Centre. Toutes ces spécificités, véritables richesses et identité de certaines régions, n’attendent que d’être mis en valeur. . . il suffit de bons ambassadeurs.

Christian AMARAND

2019-06-03T16:48:44+00:00